Votre espace candidat

À la une

L'article

Répondre aux questions concernant l’âge en entretien

Les questions concernant votre statut senior (âge ou prétentions salariales par exemple) sont souvent déstabilisantes. Il est malgré tout nécessaire de vous y préparer, certains recruteurs vous les poseront, avec plus ou moins de tact. Ci-dessous quelques exemples.

 

  • A quel âge comptez-vous partir à la retraite ?

Cette question peut vous être posée, surtout si vous avez plus de 55 ans. Vous travaillez depuis longtemps et il est légitime que vous souhaitiez partir en retraite dans les années à venir. Le recruteur, lui, cherche un collaborateur sur le long terme.

Rassurez-le en expliquant que vous ne vous imaginez pas arrêter de travailler dès maintenant, que votre vie professionnelle n’est pas terminée. N’évoquez pas un besoin d’argent ou un manque de cotisations qui laisserait penser que vous subissez la situation et que vous ne souhaitez pas réellement continuer à travailler.

 

  • N’êtes-vous pas trop âgé pour exercer ce métier ?

Si vous postulez pour un emploi physique (BTP par exemple) ou si le poste requiert bon nombre d’heures supplémentaires, le recruteur peut penser que votre endurance ne sera pas la même que celle d’un collaborateur plus jeune. Expliquez qu’au contraire, vous exercez ce métier depuis de nombreuses années et que vous avez ainsi l’habitude de ces contraintes. Vous les connaissez, elles ne vous font pas peur.

 

  • Vous allez vous ennuyer à ce poste…

Si vous êtes reçu pour un poste pour lequel vous auriez moins de responsabilité que lors de votre précédent emploi, vous pouvez être confronté à cette remarque.

Dans ce cas, veillez à valoriser le poste. Montrez au recruteur que la mission vous semble réellement intéressante et que vous êtes motivé. Pour cela, identifiez en amont les points forts de l’offre d’emploi.

 

Si vous avez déjà fait face à d’autres questions liées au statut de travailleur senior en entretien, n’hésitez pas à nous en faire part à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Lien direct vers l'article

Questions pièges en entretien: les anticiper pour y répondre 1/2

Les recruteurs sont parfois friands de questions pièges en entretien d’embauche. Elles sont pour eux un bon moyen pour eux de tester votre capacité d’argumentation. Ci-dessous quelques exemples de questions pièges et surtout des conseils pour y répondre.

  • Parlez-moi de vous…

C’est souvent l’une des premières questions que vous pose le recruteur. Elle peut vous paraître perturbante par sa concision mais n’a pas forcément pour objectif de vous mettre en difficulté. Le recruteur vous laisse vous présenter pour vous mettre à l’aise. Vous devez anticiper à cette question et préparer une réponse structurée : identité, formations, expériences professionnelles passées, raison de votre présence.

  • Avez-vous déjà été confronté à un conflit en milieu professionnel ?

Résumez la situation de façon objective : n’accablez pas vos anciens collègues et ne critiquez pas ouvertement votre ancienne entreprise. Vous devez laisser une impression positive de vous pendant l’entretien. Mettez l’accent sur les moyens mis en œuvre pour résoudre le conflit en question et surtout les résultats de vos actions. Vous pouvez éventuellement identifier ce que vous auriez pu améliorer, vous valorisez ainsi votre capacité à vous remettre en question.

  • Citez-moi vos qualités et défauts principaux ?

Le recruteur cherche pas le biais de cette question à en savoir plus sur votre personnalité. Elle revient souvent en entretien de recrutement. Si vous vous sentez mal à l’aise, vous pouvez répondre de la façon suivante : « Mes amis disent de moi que je suis… ». Votre réponse paraîtra d’autant plus objective.

  • Pourquoi vous plutôt qu’un autre ?

Pour répondre à cette question, ne dénigrez pas les autres candidats au poste et ne vous survendez pas. Valorisez-vous en mettant en avant vos compétences. Faites le lien entre celles-ci et les aptitudes demandées pour le poste.

  • Préparer vous à l’entretien pour rester serein :

Vous préparer en amont de l’entretien reste votre meilleur atout. Essayez d’imaginer les questions qui pourraient vous être posées en fonction de votre profil, de vos expériences passées. Relisez votre CV, la lettre de motivation que vous avez envoyée et identifiez ce qui pourrait susciter l’intérêt du recruteur. Relisez également plusieurs fois l’offre d’emploi et renseignez- vous sur l’activité de l’entreprise. Entraînez-vous seul ou avec l’aide d’un proche.

Au cours de l’entretien, si le recruteur vous pose une question qui vous met mal à l’aise, restez calme. Répétez la question à haute voix (« Mes qualités et mes défauts ? »). Cela vous permettra de gagner quelques secondes de réflexion supplémentaires. Essayer de vous valoriser au moment d’y répondre, sans trop en faire bien sûr. Si vous ne souhaitez pas répondre à une question, orientez subtilement la conversation sur un autre sujet.

Vous ne pourrez évidemment pas penser à toute les questions potentielles des recruteurs. La nature même d’une question dite « piège » est d’être inattendue et surprenante. Cependant, certaines comme celles citées plus haut sont des « classiques ».

Lien direct vers l'article

La VAE, un tremplin vers l’emploi pour les seniors ?

Vous stagnez professionnellement et aimeriez relancer votre carrière ? La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est une piste à explorer, en particulier pour les 45 ans et plus !

 

  • La VAE, c'est quoi ?

Que vous soyez déjà en poste ou à la recherche d'un emploi, vous pouvez potentiellement accéder à la VAE. Elle s’adresse à toute personne ayant cumulé au minimum 3 ans d’expérience professionnelle sur un même type de poste. Encadrée par le Code du Travail, elle permet à toute personne de faire reconnaître son parcours professionnel par l’obtention d’un diplôme, un titre professionnel ou un certificat.

Par nature, la VAE concerne plutôt les personnes ayant une certaine expérience professionnelle, sur une typologie précise de métiers. Les seniors sont évidemment directement concernés. La VAE constitue donc une opportunité à pour booster sa carrière et son employabilité !

 

  • La VAE, à quoi ça sert ?

En fonction de votre formation initiale et de l’évolution de votre carrière, la VAE peut s’avérer être la bonne solution pour accéder à un diplôme justifiant de votre expérience sur un poste. Voici quelques situations pour lesquells la VAE présente un véritable intérêt :
- vous avez un diplôme qui ne correspond pas à votre expérience professionnelle
- vous souhaitez évoluer au sine de votre entereprise mais ne disposez pas du diplôme nécessaire
- vous êtes candidat à un concours mais un niveau minimum de diplôme est pré-requis

 

  • La VAE, comment faire ?

La Validation des Acquis de l'Expérience est d'abord une démarche personnelle. Il n'appartient qu'à vous de prendre du recul sur votre parcours professionnel et vos compétences. Malgré cela, les salariés peuvent tout à fait être accompagnés par leur entreprise. Il existe 3 moyens d’accès à la VAE :

- si vous êtes salarié, votre VAE peut être financée par votre entreprise dans le cadre du Droit Individuel à la Formation (DIF).
- si votre entreprise encourage la mobilité interne, elle peut vous proposer une VAE qui s’inscrira alors dans son plan de formation.
- si vous êtes demandeur d’emploi, Pôle emploi pourra mettre en place votre VAE, lors de la définition de votre PPAE (Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi).

Renseignez-vous sur la VAE, et en général, sur tous les dispositifs permettant la mise en valeur votre parcours (la VAP 85 par exemple, qui permet d’accéder à certains types de formations). Votre expérience est une force, à vous de la faire fructifier pour rebooster votre carrière !

 

Lien direct vers l'article